Prélèvement des tubercules et mesure du rendement

Les 8 et 9 août 2021 ont eu lieu les mesures de rendement sur les différentes modalités étudiées cette année.

La méthode consiste à réaliser 4 prélèvements d’ 1,50 m². L’ensemble des tubercules présents sur cette surface sont récoltés, puis pesés, comptés et calibrés.
Les données obtenues nous permettent de déterminer :

  • le rendement brut produit à l’hectare,
  • le taux de tubérisation par plant,
  • la répartition des calibres produits.

Prélèvement des tubercules de pommes de terre

 

Les zones de prélèvements sont réparties de manière aléatoire sur la surface des modalités étudiées. Les buttes proches des passages de roues de traitement ne sont pas prélevées.

Deux parcelles étaient concernées par l’essai durant la campagne de pomme de terre 2021 sur lesquelles 3 modalités ont été étudiées :

  • Témoin : pratiques habituelles de l’agriculteur
  • Modalité 1 : Pré-buttage de printemps
  • Modalité 2 : Pré-buttage d’automne

Tableau des interventions mécaniques des différentes modalités

Parcelle n°1 : Simon

Sur la parcelle nommée « Simon », la variété Maïwenn a été étudiée.

Les rendements des différentes modalités sont les suivants :

  • Témoin = 60,49 tonnes/ha
  • Modalité 1 (pré-buttage de printemps) = 57,63 tonnes/ha (-4,7%)
  • Modalité 2 (pré-buttage d’automne) = 47,59 tonnes/ha (-21,3%)

Malgré une baisse de rendement, l’analyse statistique réalisée ne révèle pas différence significative. Cependant le pValue de la modalité 2 étant de 0,055 (très proche de 0,05) indique que le rendement de cette modalité tend à être significativement différent.

Le taux de tubérisation est également plus faible dans les modalités étudiées :

  • Témoin = 13,6 tubercules/plant
  • Modalité 1 = 12,2 tubercules/plant
  • Modalité 2 = 10,8 tubercules/plant

Malgré une plus forte tubérisation de la modalité TEMOIN, la répartition des calibres produit est plutôt homogène avec 43,6% des tubercules atteignant un calibre supérieur à 55 mm et 43,4% de tubercules compris dans un calibre 35-55 mm.
Il en est de même pour la MODALITE 1 avec 50,5% de tubercules avec un calibre supérieur à 55 mm et 39,9% de tubercules compris dans un calibre 35-55 mm.
La MODALITE 2 ayant le plus faible taux de tubérisation ne produit que 40,3% de tubercules supérieurs à 55 mm et 51,3% de tubercules compris dans un calibre 35-55 mm.

Parcelle n°2 : Kristen

Sur la parcelle nommée « Kristen », la variété Maïwenn a également été étudiée.

Les rendements des différentes modalités sont les suivants :

  • Témoin = 38,88 tonnes/ha
  • Modalité 1 (pré-buttage de printemps) = 35,90 tonnes/ha (-7,6%)
  • Modalité 2 (pré-buttage d’automne) = 29,98 tonnes/ha (-22,8%)

L’analyse statistique révèle une différence significative entre la modalité Témoin et la modalité 2. Nous avons produit moins de rendement avec la technique de pré-buttage d’automne.

Le taux de tubérisation est également plus faible dans les modalités étudiées :

  • Témoin = 7,7 tubercules/plant
  • Modalité 1 = 8,2 tubercules/plant
  • Modalité 2 = 8,2 tubercules/plant

La différence de rendements obtenue se traduit dans les calibres de pommes de terre.
En effet nous remarquons que la part de tubercules atteignant un calibre supérieur à 55 mm est nettement plus importante pour la modalité TEMOIN, suivie par la MODALITE 1 (pré-buttage de printemps) et la modalité 2 (pré-buttage d’automne) très loin derrière.
Il semblerait que les MODALITE 1 et 2 n’aient pas eu assez de ressource pour faire grossir les tubercules produits.

Bilan de la campagne 2021

D’après les mesures de rendement effectuées on peut remarquer que la tendance est la même sur les deux parcelles ; la modalité TEMOIN est en tête avec le meilleur rendement, suivie par la MODALITE 1 (pré-buttage de printemps) qui présente une perte de rendement de l’ordre de 5 à 6% et la MODALITE 2 pré-buttage d’automne qui décroche complètement avec une perte de rendement de plus de 20%.

Ces écarts de rendement peuvent s’expliquer par :

  • La réduction du travail du sol dans les deux modalités étudiées qui ont induit une baisse de la minéralisation et donc moins d’éléments fertilisants disponibles pour les plantes.
  • Un apport d’amendement organique qui n’a pas été enfouis pour la MODALITE 2 et donc une baisse drastique d’éléments fertilisants disponibles.
  • Un placement plus superficiel des tubercules lors de plantation qui a pu engendrer des arrachages de tiges lors des désherbages mécaniques mais surtout moins de place dans les buttes pour faire grossir les tubercules.

Cet essai est renouvelé pour la campagne de pomme de terre 2022 sur la même variété. Des ajustements ont été fait sur l’apport des amendements organiques et la gestion des couverts végétaux.