Frédéric Boutin, producteur de cultures d’industries en agriculture de conservation des solsTémoignage de Frédéric Boutin, producteur de cultures d’industries en agriculture de conservation des sols

Exploitation de 100 hectares produisant ses cultures d’industries et céréalières selon les principes de l’agriculture de conservation des sols

Je suis installé depuis 10 ans sur une exploitation de polyculture. Les premières années, j’ai consacré beaucoup de temps à un atelier de production de fraises hors-sol, commercialisées en circuit-court. Les cultures de céréales, betteraves, lin textile et pommes de terre étaient produites de façon conventionnelles, avec un travail du sol plutôt intensif.

En 2018, j’ai restructuré l’exploitation et supprimé la production de fraises. Ainsi j’ai pu consacrer plus de temps au suivi de mes productions, faire le point sur la situation de mes sols, de mon territoire, de mes charges de travail et de mécanisation. J’ai revu les rotations, analysé mes parcelles…

Ce bilan m’a ouvert les yeux sur plusieurs points : un tassement généralisé de mes sols dû aux mauvaises conditions de récolte et au travail intensif, des problèmes d’érosion récurrents, des pertes de biodiversité évidentes et des charges de mécanisation en constante augmentation.

J’ai commencé à suivre des formations sur l’agriculture de conservation et à mettre en place quelques essais sur mes parcelles : plantes compagnes en pomme de terre, couverts multi-espèces, non-labour…

En 2020, j’ai intensifié ces pratiques et j’ai rencontré la société GreenSol dirigée par Théo.

Théo m’accompagne dans la transition de mon exploitation vers l’agroécologie en m’apportant son expertise dans le domaine de l’agriculture de conservation. Avec les autres adhérents du groupe nous définissons des axes de travail pour atteindre nos objectifs, nous choisissons les essais à mettre en place et le protocole.

Suivre, comptabiliser, analyser et échanger afin de progresser

Avec GreenSol, chaque projet est désormais suivi, comptabilisé, analysé économiquement, et partagé avec le groupe. En 2021, nous avons étudié l’intérêt du strip-till en betteraves et l’utilisation de macération de plantes en remplacement des insecticides en lin textile et en betteraves. Des profils de sol ont été réalisés dans chaque parcelle, les couverts végétaux ont été pesés et leurs restitutions analysées.

J’apprécie les échanges avec les autres adhérents, les tours de plaine collectifs sont toujours très enrichissants quel que soit le niveau de transition des exploitations.

Les formations et les visites d’exploitations en dehors du groupe sont également des moments de partage que j’apprécie.

Des projets communs ont également vu le jour comme l’inscription de nos fermes dans un programme de rémunération du stockage du carbone et la plantation de plusieurs kilomètres de haies au sein de nos exploitations .

Au fil du temps et des rencontres, et,  grâce à la communication faite par Greensol sur nos changements de pratiques, des industriels nous ont sollicités afin d’être partenaires de nos essais, ainsi nous les aidons, eux aussi, à réussir leurs transitions vers une agriculture plus respectueuse de l’environnement et des attentes sociétales.

Je suis convaincu qu’il faut remettre de l’agronomie dans nos systèmes intensifs si nous voulons qu’ils soient durables, Greensol m’aide à y parvenir !