Témoignage de Rémi Duquesne, agriculteur sur la commune de Le Sars dans le Pas-de-Calais en limite de la Somme

Exploitation de 230 hectares produisant des céréales et des cultures d’industries avec une activité principale sur la pomme de terre de consommation.

Rémi Duquesne agriculteurJe me suis installé en 2001, sur une exploitation de polyculture élevage dont les productions principales étaient la pomme de terre et le porc. En 2015, suite à des problèmes de santé, j’ai dû arrêter l’élevage porcin. Pour limiter l’impact financier de la cessation de cette activité, j’ai développé ma production de pommes de terre en l’orientant essentiellement vers des variétés recherchées pour leurs qualités gustatives et culinaires.

Considérant que l’activité agricole peut difficilement être dissociée de l’élevage pour des raisons agronomiques, je me suis interrogé sur ce que je pourrais mettre en place dans mes parcelles pour compenser la disparition d’apports organiques. En effet, nous imposons des contraintes à notre outil de travail qu’est le sol ; nous devons en permanence l’ajuster et l’alimenter pour qu’il conserve ses compétences en termes de prolificité. L’irrigation, nos matériels de plus en plus lourds et des pratiques trop intensives impactent directement l’équilibre biologique des sols si important pour leur bon fonctionnement.

Il y a 1 an, j’ai rencontré Théo Sergheraert ingénieur agronome, Antoine Dequidt, Arnaud Mesnard et Arnaud Dedours agriculteurs, avec lesquels nous avons créé la société GreenSol®.
Nos manières de faire et les incohérences dans nos pratiques de production pour préserver nos sols, que Théo nous a présentées, nous ont amenés à nous associer.

Aujourd’hui, les essais qui sont mis en place sur mon exploitation avec GreenSol® en plus de la modification des pratiques (mode d’implantation, mélanges d’espèces dans les engrais verts, couverture des sols systématique, forme d’engrais) produisent des effets qui se font déjà ressentir

De plus, le travail sur l’aménagement de mon territoire avec l’implantation de haies et de bandes fleuries n’impacte en rien le travail sur l’exploitation et a pour avantage de recréer une biodiversité que nous avions oubliée… et l’aventure ne fait que commencer !!!